Les Riverains des Coteaux de Saint-Prix

Les Riverains des Coteaux de Saint-Prix

Ensemble devenons acteurs de l'avenir de notre ville jardin

Pourquoi cette campagne d’information ?

Lire plus Lire moins

Par son emprise sur les coteaux de Saint-Prix, son caractère d’innovation sociale revendiqué comme «inédit », le nouveau projet du CPCV bouleverserait les équilibres de notre commune. Il s’agit du plus important projet à vocation d’hébergement social jamais imaginé, appelant à faire coexister dans un même lieu des publics hétérogènes. Son implantation est prévue au nord de Saint-Prix, dans le quartier des coteaux. C’est une extension majeure de l’offre actuelle d’hébergement du CPCV, représentant un quasi doublement du nombre de résidents accueillis principalement en hébergement d’urgence. Il a été élaboré sans concertation en amont ni avec les riverains, ni même avec l’ensemble des Saint-Prissiens.

La raison d’être, la pertinence de ce nouveau projet, les conditions de vie des futurs occupants, son impact sur la vie quotidienne des riverains et de tous les Saint-Prissiens soulèvent de nombreuses inquiétudes et interrogations. Et ce d’autant plus que Saint-Prix n’est pas une commune carencée en dispositif d’accueil à vocation sociale ou d’urgence. Elle est même allée au-devant des demandes imposées par l’Etat en 2016 en matière d’accueil des migrants.

Nos objectifs sont les suivants :

- peser sur ce projet pour lequel le Maire a délivré en mars 2018 un permis de construire.

- rétablir la démocratie participative à l’échelle de notre commune et au-delà pour nous faire entendre.

C’est pourquoi nous partageons aujourd’hui nos initiatives et nos informations, afin de changer la donne et d’éviter que d’autres projets similaires en gestation ne viennent affecter la physionomie de nos quartiers et les conditions de vie des habitants. Le droit des riverains de s’exprimer sur la politique locale de construction et d’aménagement ne doit pas être confisqué.

Présentation du projet d’extension du CPCV

Lire plus Lire moins

Sa vocation :

Augmenter et diversifier en un lieu unique excentré l’accueil et l’hébergement de publics fragiles, en demande d’insertion, en transit, en difficulté sociale.

Les familles de publics accueillis :

Près de 200 habitants supplémentaires seront accueillis dans le cadre de ce projet, constituant une population très hétéroclite et en transit. Il est prévu d’héberger essentiellement des femmes et des enfants en grande difficulté, des migrants, des personnes en provenance du centre pénitencier d’Osny exécutant leur peine en milieu ouvert.

L’infrastructure d’accueil pour répondre à cette nouvelle demande :

- Création d’un centre d’hébergement d’urgence

- Création d’une maison relais pension de famille

- Création de 34 logements locatifs sociaux

- Création de places d’hébergement de personnes sous-main de justice

- Aménagement d’espaces administratifs et espaces communs, dans la maison existante

- Création d’une crèche associative

- Création d’une serre pédagogique

- Création de places de parking

Sa localisation à Saint-Prix:

Les hébergements ont vocation à être construits sur un nouveau terrain des coteaux de Saint-Prix, acquis en 2017, partiellement bâti et occupé en particulier par une élégante meulière érigée en 1920. Il est délimité au Sud par la rue de Montlignon, au Nord par la forêt domaniale de Montmorency, à l’Est et à l’Ouest par des voies communales secondaires : le chemin de la procession et le chemin des Hatènes.

Les parties prenantes de ce projet :

- Le CPCV (Centre Pédagogique pour Construire une Vie active) est une association loi 1901. Désigné comme étant le gestionnaire du projet, il est propriétaire du 7 rue de Montlignon, abritant notamment les Hexagones.

-Notre Foyer, est une association loi de 1901, bénéficiaire officiel du permis de construire, est une structure rattachée au CPCV.

-Caritas habitat est une structure de financement pour la construction d’immobilier à vocation sociale.

-Locarythm est une agence immobilière à vocation sociale créée par le CPCV en 1995.

Faits & chiffres clés :

Le projet immobilier que nous contestons en raison de sa démesure et de son irruption dans notre bassin de vie représente :

- un ensemble d’au moins 7 bâtiments

- une superficie totale de plus de 5 000 mètres carrés

- un coût estimatif de 14M€, hors acquisitions foncières et avant mise en service

- à terme près de 345 nouveaux habitants, pour la plupart en transit

Les raisons de nos inquiétudes

Lire plus Lire moins

- la démesure du projet, à tous les niveaux : la population nouvelle y sera supérieure au nombre de résidents actuels de la rue de Montlignon (100 résidents).

- la rupture de la promesse de la municipalité, rappelée jusque dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU), de préserver « Saint-Prix, Ville Jardin », notamment par la dénaturation de la villa du Coteau, emblématique meulière du patrimoine architectural de Saint-Prix, et de son parc.

- le caractère expérimental d’une forme inédite de mixité sociale dont la pertinence sociale, économique et environnementale fait débat, notamment auprès des sociologues de l’habitat en zone urbaine et périurbaine.

- les nombreux flux de véhicules additionnels sur les voies de circulation du quartier des Coteaux de Montlignon, inadaptées et déjà dangereuses pour les piétions, les voitures et les engins de travaux.

- la rationalité du nouveau projet pose question en raison du choix de son implantation sur un terrain enclavé et mal desservi en termes de voies publiques, de transports en commun, commerces, médecins, administrations, entre autres commodités.

- les partis pris architecturaux de cette construction interpellent car les futurs bâtiments portent visiblement atteinte au patrimoine architectural et environnemental.

- les informations sont délivrées au compte-goutte, opaques et contradictoires.

L’essentiel de Saint -Prix
Saint -Prix, ville jardin du Val d’Oise

Lire plus Lire moins

Saint-Prix est un joli village d’Ile-de-France de 7 191 habitants, situé dans le département du Val d’Oise (95) à une trentaine de kilomètres de Paris, niché sous une forêt (la forêt de Montmorency) dominant une vallée.

Délimité au Nord par ladite forêt de Montmorency, il jouxte à l’ouest, la ville de Saint Leu la Forêt, au sud, celle d’Ermont, où se trouve la gare du Gros Noyer qui a vocation à desservir également Saint-Prix qui en est dépourvu, et à l’Est, les villes de Montmorency et Montlignon.

Ville à la campagne dont les atouts majeurs tiennent à la présence de nombreux espaces naturels, - certains d’entre eux étant même classés comme sensibles-, et à la forêt domaniale de Montmorency, qui lui ont valu d’être primée à trois reprises comme capitale française de la biodiversité. Y résident principalement des familles, qui ont trouvé en particulier à s’installer au Nord de la commune, dans la zone d’habitat dite des « Coteaux de Saint-Prix », qui s’illustre par la présence de grandes maisons à étages, entourées de vastes jardins clos agrémentés d’arbres remarquables.

Certaines villas sont des fleurons du patrimoine architectural et culturel de la ville qu’elles perpétuent par leurs noms chargés d’histoire et l’empreinte laissée par leurs illustres résidents Pleyel, Victor Hugo, …. Les maisons les plus récentes se sont parfaitement fondues dans cet environnement tranquille, où se côtoient grands espaces verts dotés d’arbres remarquables, de vignes et de vergers situés le long de la procession Saint-Marc.

--> Le projet immobilier que nous contestons est en complète rupture avec les caractéristiques naturelles et historiques de notre ville.

Il accentue notamment:

- le déséquilibre existant entre la partie Nord et la partie Sud de Saint-Prix

- l’absence de vrai centre-ville

- la mauvaise desserte par les transports en commun (pas de gare et pas de bus couvrant l’intégralité du territoire)

- le déficit d’accueil de la petite enfance.